Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les anticholestérols provoquent le cancer

Publié le par cancersurordonnances

les traitements anti-cholestérol sont 3 à 5 fois plus cancérigènes que le tabac ou l’amiante.
 
Depuis plus de trente ans, des traitements anticholestérol provoquent des cancers
Partager cet article
Repost0

On est ce qu'on mange : solution pour guérir

Publié le par cancersurordonnances

Partager cet article
Repost0

L'industrie du ruban rose, les escroqueries et les profits du cancer du sein

Publié le par cancer sur ordonnances

L’industrie du ruban rose est un documentaire réalisé par Léa Pool dépeignant le côté sombre de cette organisation qui lutte contre le cancer du sein. C’est la fondation Susan G. Komen for the Cure qui mène le front. Elle a dépensé $1,9 milliards depuis 1982 et reçoit près de $400 millions par année en dons. La PDG de l’organisation, Nancy Brinker, est rémunérée à plus de $400.000 par année. Pourtant, tout cet argent n’a mené qu’à bien peu de résultats concrets.
L’origine du ruban rose remonte aux années 1980, quand Charlotte Haley menait une campagne auprès du National Cancer Institute pour qu’il augmente la part du budget dédiée à la prévention du cancer du sein. À cette époque, le ruban était plutôt couleur saumon. Puis, en 1992, Haley fut approchée par Self Magazine et la compagnie de cosmétiques Estée Lauder pour que le ruban soit utilisé dans une campagne publicitaire basée sur le cancer du sein. Haley refusa, mais la campagne eu quand même lieu en modifiant légèrement la couleur du ruban pour un rose plus éclatant.
De nos jours, le ruban rose sert essentiellement à faire du marketing ciblé et abordable auprès des femmes. Le ruban rose fait vendre : des dizaines de milliers de produits en portent l’effigie, ce qui permet à des millions de femmes de sentir qu’elles font leur part. Cependant, qu’advient-il vraiment de cet argent ? Celui-ci sert essentiellement à tenter de trouver des remèdes et de meilleurs traitements ainsi qu’à financer le dépistage. Bien peu d’argent va à financer la prévention et la recherche sur les facteurs de risque. On tente ainsi de dépister autant que possible, pour maximiser le nombre de patient, et on tente ensuite d’anéantir la maladie avec une cure, alors qu’on ne comprend même pas ce qu’est vraiment un cancer et quelles en sont les causes.
Cette situation engendrent beaucoup d’incongruités, comme par exemple la pharma Eli Lilly, qui produit les médicaments Gemzar et Evista concernant le cancer du sein, lesquels génèrent des revenus annuels de près de $3 milliards. En même temps, Lilly commercialise Posilac, une hormone artifielle (rBGH) donnée aux vaches pour qu’elles produisent plus de lait. Ce produit a été lié à un risque accru de cancer du sein et a été bannie au Canada, en Australie, au Japon et partout en Europe.
L’entreprise Yoplait faisait partie des principaux supporteurs de la fondation Komen, jusqu’à ce qu’une organisation activiste souligne que les yogourts de cette entreprise (General Mills) contiennent du lait produit par des vaches ayant reçu du rBGH ! Cela amena Yoplait à bannir cette hormone de sa production. Danone en fit de même un peu plus tard.
Dans le même ordre d’idées, la pharma AstraZeneca, qui est le troisième plus grand fabricant de pesticides au monde, produit des médicaments oncologiques utilisés contre le cancer du sein et est aussi un donateur important à la fondation Komen.
General Electric est un autre contributeur important à la fondation Komen. Comme cette entreprise est un important fournisseur de mammographes, lesquels sont souvent critiqués pour provoquer beaucoup de faux-positifs, ce qui engendre des traumatismes et des chirurgies inutiles, il n’est pas surprenant de constater qu’une part importante du budget de la fondation Komen est dédié au dépistage, c’est-à-dire à l’achat de ce type d’appareil et/ou au subventionnement de ceux-ci ou des tests.
Une bonne part du budget de la fondation Komen sert à financer la recherche scientifique pour trouver un traitement. Cependant, il y a lieu de se questionner à savoir si c’est la bonne chose à faire. Ne faudrait-il pas d’abord faire des recherches sur le cancer et ses causes plutôt que de vouloir absolument trouver une solution pharmaceutique ? Et qui bénéficiera des profits reliés à une découverte éventuelle financée par Komen ?
On constate donc que tout cet engouement presque religieux envers le ruban rose ne sert en fait qu’à faire vendre des produits et à faire prévaloir les intérêts corporatifs des entreprises pharmaceutiques

Vous pouvez afficher les sous-titres en français. Appuyez sur lecture, cliquez sur afficher les sous titres. Une fois les sous titres affichés (en anglais), il faut aller dans l'autre commande (a coté de sous titre), Puis, cliquer sur sous titre, Puis sur traduire automatiquement, puis en français.

un site de médecins....

Surdiagnostics : une catastrophe

Cancer du sein : "90 à 99% d'entre eux sont des "faux positifs""

Les mammographies causent le cancer
 
"Le moyen le plus efficace pour diminuer le risque des femmes de devenir une patiente atteint de cancer du sein est d'éviter assister dépistage." Une étude, publiée le 20 octobre 1993 dans le Journal of National Cancer Institute, montre une augmentation très nette du cancer du sein après les traitements par rayons de certaines maladies bénignes du sein chez les femmes âgées de plus de 40 ans au moment des premiers traitements.

Octobre Rose : la tromperie organisée !

Plus de dépistages = autant de morts

Seul 4% de l'argent est donné à quelles recherches ?

Les effets néfastes de l'augmentation des biopsies et du surdiagnostic de cancers du sein qui n'auraient jamais produit de symptômes au cours de la vie d'une personne ou ne seraient jamais devenus cliniquement pertinents ont été mis en balance avec le léger avantage d'un dépistage répété. Un surdiagnostic peut augmenter l'impact du cancer sur la qualité de vie et la longévité, car il conduit à un traitement excessif, exposant les patients à des dommages potentiels sans offrir aucun avantage.
 
Journal of the Royal Society of Medicine, septembre 2015

Chimiothérapie infos

"Bien peu d'oncologues et d'infirmières sont disposés à accepter la chimiothérapie que leurs patients endurent pour des avantages minuscules" professeur peter Gotzsche (extrait de remèdes mortels et crime organisé)

La chimiothérapie pour le cancer ? Étonnamment, pour la plupart des cancers, il convient de l'éviter ! par le prof peter Gotzsche Le problème le plus important dans le cancer est de savoir quand refuser la chimiothérapie. Les cinq pages ci-dessous expliquent pourquoi il est prudent de décliner la chimiothérapie pour le cancer la plupart du temps.
 
« Si d’aucun sont correctement informés des effets de la chimiothérapie sur le corps humain, ce sont bien les cancérologues qui prescrivent ce type de traitement à leurs patients. Or dans une étude parue en 2014 dans un journal en libre accès du nom de PLOS ONE, on apprend qu’une majorité assourdissante de cancérologues ne souhaiterait en aucun cas se voir administrer une chimiothérapie, si un diagnostic de cancer devait leur être annoncé. Parmi les milliers de médecins qui ont participé à cette étude, un pourcentage énorme de 88,3 % d’entre eux admettent qu’ils renonceraient pour eux-mêmes au type de « prise en charge lourde » qu’ils proposent à leurs patients. » page 107
 
Faire ce type de traitement,c’est comme de faire exploser une bombe au napalm pour tuer des araignées

RADIOTHERAPIE, RADIOS, MAMMOGRAPHIES, SCANNERS ET CANCER

"Chaque année, 24500 nouveaux cancers sont spécifiquement attribués aux rayonnements, aux USA. Environ 16500 en meurt."

"la chimiothérapie et les rayonnements aident, seulement, environ 3% des patients"

"Si une femme a une mammographie annuelle dès l'age de 55 à 75 ans, elle recevra un minimum de 20 rads de rayons.A titre de comparaison, les femmes qui ont survécu aux attentats à la bombe atomique à Hiroshima ou Nagasaki ont absorbées 35 rads...."

"Linus Pauling, le seul homme qui a reçu deux fois le prix Nobel (Prix Nobel de chimie en 1954 et de la Paix en 1962), a dit : "tout le monde devrait savoir que "la guerre" que mène l'industrie pharmacie contre le cancer est une énorme fraude". Avait-il raison ? Je vous invite à découvrir ici quelques réponses. C'est toujours la même histoire : quelqu'un que nous connaissons est diagnostiqué d'un cancer et commence alors le carnaval des chirurgies, chimiothérapies, radiothérapies et puis, "pas de chance", il meurt ! Sommes-nous bien certain que notre ami est mort du cancer et non pas des traitements invasifs, de ces empoisonnantes chimiothérapies ou autres rayons ionisants des radiothérapies ? Nous avons tous, à cause du cancer, perdu quelqu'un que nous aimions ; j'ai vu ma mère mourir à petit feu non pas du cancer, mais des traitements qu'elle recevait, nous dit Mark Sloan.
Je veux découvrir la vérité sur le cancer ! Après avoir perdu sa mère d'un cancer à l'âge de 12 ans, Mark Sloan, auteur à succès, a mené une enquête monumentale sur le Business du cancer pour découvrir pourquoi sa mère est décédée d'une mort si atroce. Il pose sans crainte les questions difficiles que beaucoup esquivent, telles que "Ma mère est-elle morte du cancer ? Ou a-t-elle été assassinée à des fins lucratives par une industrie qui se soucie davantage de s'enrichir que de sauver des vies ? " Où sont-elles ces fameuses solutions anti-cancer qu'on nous promet depuis 50 ans ? Les collectes de dons pour financer les recherches contre le cancer totalisent pour l'ensemble de ces 50 dernières années plus de cinq cents milliards de dollars, 500.000.000.000$ ! De promesses en promesses, qu'est-ce que l'industrie pharmaceutique nous a proposé comme solutions de guérison, comme thérapies, comme médicaments ? Rien de très concret. "

L'industrie du ruban rose, les escroqueries et  les profits du cancer du sein

Traitements naturels, contre traitements de l'industrie du cancer : cette pharmacienne survivante du cancer du sein, explique

 "Le même cancer, moi vivante, elle morte !!!"

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2